Enregistreurs analogiques - Courant de bias

Leggi questa pagina in Italiano Read this page in English Read this page in English
CDROM Cours Audio Multimédia Ce cours te plaît?
Télécharge la version complète!

Les hautes fréquences contiennent moins d'énergie et par conséquent s'"efforcent" davantage à polariser les particules existantes sur le ruban magnétique. On peut s'en rendre compte quand les particules sont immobiles au départ, et que pour vaincre l'inertie elles ont besoin de plus d'énergie que si elles étaient déjà en mouvement. La solution à ce phénomène consiste à agir sur les particules de manière que le signal magnétisant les trouve déjà en mouvement favorisant ainsi la polarisation. Pour ce faire on ajoute au signal à enregistrer un courant de bias qui est en fait un courant dont la fréquence est très élevée (au-delà de la bande perceptible par l'oreille) pour transporter une puissance suffisante à mettre en mouvement les particules. La figure suivante illustre un signal sonore (sinusoïde), le courant de bias qui lui est ajouté et le signal effectif qui est envoyé à la tête d'enregistrement.

Enregistreurs analogiques - Courant de bias

Courant de bias

Cette autre figure montre en revanche comment le courant de bias "déplace" le signal sonore en l'amenant à l'intérieur de la zone linéaire de la caractéristique de transfert du ruban.

Enregistreurs analogiques - Courant de bias et caractéristique de transfert

Courant de bias et caractéristique de transfert

Le courant de bias peut être efficacement employé pour effacer un ruban magnétique. En appliquant un courant de bias qui utilise la force magnétique maximum (tout en évitant la saturation), la polaristaion complète des particules du ruban permet d'éliminer toute information de la magnétisation précédente.